Activités de sensibilisation et d’information

Différents évènements sont organisés ponctuellement pour sensibiliser les adhérents et la population fribourgeoise aux difficultés que le peuple de Palestine rencontre dans sa vie quotidienne. Des informations, des témoignages ou des animations complètent nos assemblées générales et contribuent à mieux faire connaître l’histoire de la Palestine et la réalité y vécue.

Novembre 2017

 

Mars 2017

Projection  d’un documentaire : « L’eau, une arme de destruction massive » par Nathan et Caroline FINKELSTEIN.
Lors d’un voyage en Palestine en avril 2016, Nathan et Caroline FINKELSTEIN ont rencontré différents protagonistes qui leur ont fait part de la problématique que représente l’approvisionnement et la gestion de l’eau dans les territoires de Palestine occupés. Nathan a rassemblé les témoignages recueillis en un petit film d’une vingtaine de minutes, qu’il aura l’amabilité de nous présenter.

Novembre 2016

En collaboration avec notre association, le Ciné-Club de l'université de Fribourg projette le film "Le sel de la mer" (Milh Hada al-Bahr) Affiche devant une salle archi-comble. Présentation par Marie Fankhauser:
Annemarie Jacir, réalisatrice palestinienne du film, est née à Bethléem (ou en Arabie Saoudite ?) en janvier 1974 et a grandi et étudié à l’étranger jusqu’à l’âge de 16 ans.
Elle vit aujourd’hui à Ramallah (Palestine) et enseigne le cinéma.
Elle a écrit et réalisé plusieurs courts-métrages et « Le sel de la Mer » est son premier long-métrage, suivi en 2012 de « When I saw you ». A travers ses films, elle veut combattre le silence, les interdictions, les humiliations et l’oubli auxquels sont condamnés les Palestiniens.
La production du film a été entachée de nombreuses difficultés car il révèle, à travers les personnages, l’histoire et les lieux, des facettes qu’Israël n’aime pas trop faire connaître au grand public : interdictions de passage, de filmer, contrôles répétés, check points …
Certaines scènes ont d’ailleurs dû être tournées à Marseille car Annemarie Jacir a été interdite d’entrer en Palestine en 2008, peu avant la sortie du film qui a été sélectionné officiellement pour le festival de Cannes de 2008 et a reçu de nombreuses distinctions.
Les interprètes, Suheir Hammad et Saleh Bakri sont bouleversant de sincérité car ils interprètent des situations qui font partie du quotidien des Palestiniens, ce qui a fait dire à un Palestinien quinquagénaire : « Dans votre film, j’ai vu ce que j’ai essayé de voir toute ma vie : j’ai vu la Palestine. Vous avez réussi ce que nous n’avons jamais réussi à faire ».
Suheir Hammad, qui interprète admirablement le personnage de Soraya, n’est pas une actrice de cinéma, à l’origine. Ella est née dans un camp de réfugiés en Jordanie mais a grandi dans les quartiers de Brooklyn où elle lisait ses poêmes devant le public. Elle ne parlait qu’un arabe rudimentaire quand Annemarie Jacir lui a demandé de jouer le rôle de Soraya.

A propos du film …
Soraya, une jeune femme de 28 ans née à Brooklyn aux USA est fille et petite-fille de réfugiés palestiniens. A la mort de son père, elle décide de s’acheter le billet d’avion pour se rendre sur la terre de ses ancêtres, dont son grand-père lui a abondamment parlé.
Dès sa descente d’avion, à Tel Aviv, elle est confrontée à une réalité qu’elle ne soupçonnait pas …
Plus tard, elle fait la rencontre de Emad, un palestinien de Ramallah, qui lui, ne rêve que de quitter la Palestine où il est « enfermé ».
A deux, ils vont vivre des aventures que je vous laisse découvrir.

N.B. : Le village d’Emad, « Dawayna », n’existe plus, comme les 500 villages palestiniens qui ont été démoli entre 1948 et 1950 … Celui qui est filmé s’appelle « Souba » : il n’était que partiellement démoli …

Mars 2016

Projection « Images de Palestine » par Marie Fankhauser:
La projection de photos recueillies lors de mes différents séjours en Palestinen entre 2009 et 2015 amène les spectateurs à accomplir un circuit "imaginaire" de Hébron à St-Jean-d'Accre, en passant par Bethléem, Jérusalem, Ramallah, Jéricho, la mer Morte, Naplouse, Jénine, Nazareth, Tabgha, le lac de Tibériade... Les dernières images illustrent les organisations de Beit-Sahour auxquelles l'association "Aider Beit-Sahour, Palestine" a fourni des aides ces dernières années.

Mars 2015

Lors de notre Assemblée générale ordinaire, projection du film : « La mécanique de l’orange », de Eyal Sivan. Fondé sur des documents photographiques et filmés dont certains remontent au 19ème siècle,  « JAFFA, la mécanique de l’orange », le film d’Eyal Sivan montre les orangeraies au temps où la Jaffa arabe était l’une des villes les plus peuplées et les plus prospères de Palestine. L’orange faisait vivre des milliers de paysans et d’ouvriers, non seulement de Palestine, mais aussi d’Egypte, de Syrie et du Liban. Musulmans, chrétiens et juifs y travaillaient ensemble. Ces images sont peu à peu remplacées par celles d’un réalisme socialiste à l’israélienne : les relations entre les gens changent, les Arabes sont peu à peu exclus. JAFFA devient une marque d’oranges déposée, occultant la ville de Jaffa, ses orangeraies plus que centenaires, et l’histoire de la coopération judéo-arabe.

Octobre 2014

Participation à une exposition retraçant l’histoire de la Nakba en 1948.
Affiche
Invitation

17 mars 2014

Après la  partie officielle de notre assemblée générale, témoignage  de notre invité Mr Mustafa Muhammad, Palestinien de Jérusalem-Est, docteur en géographie urbaine et chercheur associé à l’université de Bir-Zeit.

 

Avril 2013

Voyage alternatif et solidaire en Palestine:
Johannes et Marie Fankhauser et Eugène et Anne-Marie Chatagny, membres de notre comité, ont organisé un voyage en collaboration avec une agence palestinienne de Ramallah (www.diwanvoyage.net). Ils en ont profité pour visiter les projets que nous soutenons, au nom de notre association.

24 mai et 29 novembre 2011

Présentation de photos de voyage en Palestine par Marie et Johannes Fankhauser 
Suivi de la projection du film « OUR STORY » du Dr Mustapha Barghouthi.
Affiche